Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'actu du moment…

30, 31 janvier
1er février,

le Palais des congrès d'Arles
accueille
la foire d'Arles

150 exposants présents

Rechercher...

Le Réseau


Mission de communication
confiée par la Chambre
de Commerce et d'Industrie
du Pays d'Arles.
Ce blog est développé
par et à l'initiative de l'agence

Made in mouse.

Nous contacter


























14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 14:10

On appelle technologies clés les technologies essentielles que les entreprises doivent impérativement développer et maîtriser afin de répondre avec réactivité aux exigences économiques de demain. La présence de technologies clés sur un territoire renseigne sur ses orientations technologiques fortes et sur sa capacité à anticiper et à s’adapter aux changements technologiques. Elles constituent un point fort de l’attractivité d’un territoire pour les investisseurs.

Parmi les 119 technologies clés retenues par le Ministère de l’Industrie pour la période 2000-2005, dans 8 domaines différents (Technologies de l’Information et Communication, Matériaux-Chimie, Construction-Infrastructure, Énergie-Environnement, Technologies du Vivant-Santé-Agro-alimentaire, Transport-Aéronautique, Biens et services de consommation et Technologies et Méthodes de Conception-Gestion-Production), une quarantaine de technologies ont été identifiées dans le Pays d’Arles, dans 7 domaines.


1 • Technologies de l’Information et Communication
• Capteurs intelligents
• Composants optoélectroniques et photoniques
• Équipements et matériaux pour salles blanches, robotique
• Technologies logicielles pour les systèmes temps réel ou contraint
• Infrastructures pour réseaux dorsaux haut débit
• Technologie de boucle locale
• Technologies logicielles pour le transport de données
• Technologies logicielles pour la sécurité des réseaux
• Intermédiation et intégration de services pour l’Internet du futur
• Grands serveurs
• Transmission temps réel de contenus multimédia
• Technologies logicielles pour la gestion des données et du contenu
• Systèmes auteurs pour création de contenu multimédia
• Technologies logicielles de réalité virtuelle
• Génie logiciel
• Technologies de spécification, de conception, de preuve, d’optimisation et de simulation de grands systèmes complexes
• Mesures et tests de systèmes

2 • Matériaux – Chimie
• Matériaux pour procédés en milieux extrêmes (hautes températures, froid…)
• Ingénierie et traitement des surfaces
• Surveillance intelligente de l’élaboration et de la mise en oeuvre des matériaux
• Évaluation non destructive de l’endommagement des matériaux et des assemblages
• Modélisation complète de la transformation des matériaux et intégration dans des bases de données

3 • Construction – Infrastructure – Habitat
• Techniques de diagnostic des structures
• Technologies de déconstruction
• Conception et mise en oeuvre des ouvrages dans une logique de développement durable
• Réalité virtuelle augmentée pour la conception architecturale et technique
• Béton à performances optimisées
• Matériaux composites pour les routes (les enrobés)

4 • Environnement - Énergie
• Conditionnement/entreposage et stockage des déchets nucléaires à vie radioactive longue
• Stabilisation en vue du stockage et de l’utilisation écocompatibles des déchets ménagers
• Élimination des métaux lourds dans les boues et les effluents
• Développement des techniques de diagnostic et de traitement des sols

5 • Technologies du Vivant – Santé – Agroalimentaire
• Traçabilité
• Technologies “douces” pour la préservation de la qualité des aliments

6 • Biens et services de consommation
• Méthodes de marketing liées à l’utilisation des TIC

7 • Technologies et Méthodes de Conception – Gestion – Production
• Systèmes d’organisation et gestion industrielle améliorés
• Multi - représentation des objets virtuels / qualité de la représentation
• Simulation numérique des procédés
• Représentation et gestion des processus de l’usine numérique
• Supply Chain Management
• Soutien Logistique Intégré
Repost 0
Published by David Hairion - dans Atouts
commenter cet article
14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 14:00
Voici les entreprises du Pays d'Arles dont le Chiffre d'Affaire annuel dépasse 25 millions d'euros HT.


01/    Guintoli, Saint-Etienne du Grès
02/    SCOFEL, Rognonas
03/    Aldis Sud-Est, Saint-Martin de Crau
04/    Conserves France, Tarascon
05/    Imprimerie IPS, Châteaurenard

06/    Tembec, Tarascon
07/    Creno Impex, Châteaurenard
08/    Provence Vivarais, Châteaurenard
09/    EHTP, Saint-Etienne du Grès
10/    Friesland Food Cheese France, Sénas
11/    Idyl
, Châteaurenard
12/    Richel Serres de France, Eygalières
13/    BCS, Tarascon
14/    MGP Instruments, Lamanon
15/    Aqualux, Saint-Rémy de Provence
16/    Nature Bois Emballages (NBE), Noves & Plan d'Orgon
17/    Papeteries Etienne, Arles
18/    Harmonia Mundi , Arles
19/    Rougeline Provence, Saint-Andiol
20/    Groupe Bigard, Rognonas
21/    Solvay, Salin-de-Giraud
22/    Omnium Agricole Général (OMAG), Mollégès
23/    Pom'Alliance Provence, Mallemort
24/    Société Méditerranéenne d'Emballages (SME), Arles
25/    Arles Automobiles Services, Arles

26/    Linpac Plastics Provence, Tarascon
27/    Actes Sud, Arles
28/    Européenne Fruitière, Saint-andiol
_______________________________________________________________________

01
Guintoli
Parc d'activités de Laurade - 13103 Saint-Etienne du Grès
Tél. +33 4 90 91 60 00, Fax +33 4 90 91 60 01
http://www.groupenge.fr
Date de création : 1947
Effectif à l'adresse : 150, effectif entreprise : 2 700
NAF : Terrassements en grande masse (451B)
CA 2004 : 471 ME
Président directeur général : Patrick Saut

Leader de l'activité terrassement en France, l'entreprise Guintoli fondée en 1947 et basée à Saint-Etienne-du-Grès, redevenue indépendante en 2002, a constitué un pôle de compétences permettant de compléter son offre de métiers et de devenir l'entreprise générale de référence partout en France.
Guintoli rassemble via ses filiales, une synergie de métiers constituant une offre globale. Aux métiers de base, Terrassement, Assainissement, Travaux Spéciaux, Génie Civil, Travaux maritimes et Travaux électriques, sont venues s’adjoindre d’autres compétences comme l’élargissement, le balisage, les murs anti-bruit ou le Génie Végétal. Avec sa filiale EHTP, le groupe Guintoli représente, en consolidé et en 2004, un Chiffre d'Affaire de 547 ME.


02
Société pour la Commercialisation de Fruits et Légumes (SCOFEL)
ZI la Horsière - 13870 Rognonas
Tél. +33 4 90 24 32 00, Fax +33 4 90 94 08 06
http://www.auchan.fr
Date de création : 1978
Effectif : 14
NAF : Commerce de gros de fruits et légumes (513A)
CA 2004 : 394 ME
Président : Xavier Nussbaumer

Une des centrales d'achat fruits et légumes frais du Groupe Auchan.



03
Aldis Sud-Est 2 (Aldis Méditerranée)
ZA Ecopôle - Rue Gay Lussac - 13310 Saint-Martin de Crau
Tél.+33 4 90 47 83 00, Fax +33 4 90 47 83 44
http://www.aldis.fr
Date de création : 1998
Effectif à l'adresse : 200, effectif entreprise : 600
NAF : Commerce de gros alimentaire non spécialisé (513W)
CA 2004 : 142 ME
Président : Gildas Cebron

Aldis Sud-Est, "multi spécialiste RHF, multi température" a été constitué, il y a quelques années, par le regroupement de plusieurs entreprises régionales qui ont souhaité se battre sous la même bannière, celle d'Aldis. Son territoire se compose de 19 départements répartis sur 2 régions : Rhône-Alpes et Méditerranée. Le professionnalisme d'Aldis Sud-Est est reconnu en Rhône-Alpes au travers d'enseignes comme Burgniard spécialiste des produits frais, d'Alpandis, et du Comptoir Alimentaire Rumidis pour l'épicerie et les liquides. En Méditerranée, au delà des métiers traditionnels de la RHF (Restauration Hors Foyer), Aldis Sud-Est s'est également spécialisé dans les métiers de la Boulangerie-Pâtisserie avec la société Vincent à Nîmes, les métiers de l'Hygiène avec PHS à Marseille et à Nice, et de l'avitaillement des navires, où la société AGS sur le port de Marseille, est en position de leader national. Aldis Sud-Est, c'est une entreprise de près de 600 personnes au service de ses 15.000 Clients. Aldis dispose en France de 12 entrepôts tritempératures. Organisés pour partie en sociétés, ceux-ci confèrent un avantage concurrentiel au distributeur basé à Orly, en permettant la livraison simultanée des produits vers la restauration traditionnelle et collective.


04
Conserves France
Route d'Avignon - 13150 Tarascon
Tél. +33 4 90 90 71 71, Fax +33 4 90 90 71 70
Effectif : 170
CA 2004 : 133 ME, dont 17 % à l’exportation

Appertisation de fruits et légumes


05
Imprimerie IPS
ZI des Iscles - 30, Impasse des Alpines - 13160 Châteaurenard
Tél.+33 4 90 24 21 00, Fax +33 4 90 94 19 46
http://www.groupe-ips.com
Date de création : 1975
Effectif à l'adresse : 200, effectif entreprise : 750
NAF : Autres imprimeries (222C)
CA 2004 : 120 ME
Président : Francis Cartoux
Une filiale du groupe SPIR COMMUNICATION (France).

Impression de journaux gratuits, journaux de mairie, tracts, hebdos d'information, imprimés publicitaires, magazines thématiques…


06
Tembec Tarascon
13150 Tarascon
Tél.+33 4 90 91 03 00, Fax +33 4 90 91 04 11
http://www.tembec.com
Effectif : 295, environ 1.000 emplois induits dans la région
NAF Fabrication de pâte à papier (211A)
CA 2005 : 110 ME, dont 50 % à l’export

Production et vente de pâte à papier kraft blanc de résineux. Tembec est une importante société intégrée de produits forestiers solidement implantée en Amérique du Nord et en France. Elle compte approximativement 11.000 employés ainsi qu’une cinquantaine d’usines et affiche un chiffre d'affaires d’environ 4 milliards de dollars. Ses principaux produits sont les pâtes commerciales, les papiers et les produits du bois, et elle fabrique également des produits chimiques dérivés de ses procédés de production de pâtes. La Compagnie commercialise ses produits à l’échelle internationale. Elle gère également 40 millions d’acres de terres forestières en conformité avec les principes de développement durable et a obtenu en 2005 la certification du Forest Stewardship Council (FSC) pour l’ensemble des forêts dont elle est responsable.

Investissements pour se protéger des inondations, coûts de fonctionnement alourdis par des problèmes d'approvisionnement en bois nés de la réorganisation du fret de la SNCF, rentabilité obérée par la parité défavorable euro-dollar : Tembec estime avoir perdu près de 10 M€ en 2005 dans l'usine de pâte à papier de Tarascon, qu'il a reprise en 2000. Afin de sauver cette unité qui représente aussi un millier d'emplois indirects, le groupe canadien envisage une réduction d'effectifs sans licenciement, via des départs volontaires ou en retraite. L'Etat et les collectivités se sont pour leur part engagés à accorder un abattement de taxe professionnelle sur l'exercice 2006 et la Région a annoncé un dégrèvement de 900 K€ de la taxe foncière 2005. Selon le directeur du site, un retour à l'équilibre serait possible avant fin 2006, favorisé par la hausse du prix du papier et d'autres économies sur la facture énergétique. En effet, si ce plan de relance réussit, un investissement de 17 M€ dans une unité de biomasse pourra être engagé, permettant à Tembec de réaliser 5 M€ d'économies pour son fonctionnement et en revente d'électricité sur le réseau.



07
Créno Impex
ZI des Iscles - Impasse des Caniers - 13160 Châteaurenard
Tél. +33 4 90 24 33 00, Fax +33 4 90 90 09 28
http://www.creno.fr
Date de création : 1974
Effectif à l'adresse : 50, effectif entreprise : 80
NAF : Commerce de gros de fruits et légumes (513A)
CA 2004 : 93 ME, dont 6 ME à l’export
Président : Philippe Henri

Le Groupe Créno est né en 1974, d’un simple constat : le maillon distributeur au stade de gros, dans la filière Fruits et Légumes, était alors trop atomisé et la taille des entreprises insuffisante pour s'adapter efficacement à l'évolution déjà rapide du marché. Ainsi Créno a fédéré, au fil des ans, des entreprises opérant en "service complet" et pour la plupart dotées de moyens logistiques modernes. En 2001, Creno créé la division "Créno Marée" dans le but de constituer un réseau national de distribution de produits de la mer.

Aujourd'hui Creno est l'un des premiers distributeurs Français de produits frais avec un volume annuel de près de 400.000 tonnes, un chiffre d'affaires de plus de 500 ME et la livraison quotidienne de 15.000 clients. Le Groupe né en Pays d’Arles dispose d'une couverture géographique nationale au travers de 45 entreprises régionales affiliées et de près de 50 plateformes de distribution. Réseau organisé, en amont comme en aval, de spécialistes multi - circuits en Fruits & Légumes, et produits de la mer, CRENO met en œuvre des solutions adaptées aux exigences de ses clients les plus divers de la GMS, du commerce de proximité, des spécialistes et traditionnels, de la RHF ou encore des cash & carry.

L'intervention de Creno Impex, structure opérationnelle centrale du Groupe est orientée en priorité vers trois types d'actions, respectivement tournées vers les achats, la vente et les services : une organisation des achats sécurisante et fiable, des prestations sur mesure pour chaque client et une animation du réseau centrée sur l'efficacité et la cohésion.



08
Provence Vivarais (Viva Prim)
Tour des Lonnes - 365, Chemin de Maya - 13160 Châteaurenard
Tél. +33 4 90 24 40 00, Fax +33 4 90 94 69 09
Date de création : 1988
Effectif : 20
NAF : Commerce de gros de fruits et légumes (513A)
CA 2004 : 91 ME
Président Directeur Général : Bernard Blachère

Centrale d'achat de légumes et fruits frais.


09
Entreprise Hydraulique et Travaux Publics (EHTP)
Parc d'activités de Laurade - 13103 Saint-Etienne du Grès
Tél. +33 4 90 91 61 00, Fax +33 4 90 91 61 01
http://www.ehtp.fr
Date de création : 2001
Effec
tif à l'adresse : 20, effectif entreprise : 420
NAF : Réalisation de réseaux (452E)
CA 2004 : 82 ME
Président : Joël Perelle

Entreprise d'adduction d'eau, VRD, voirie, génie civil, filiale de la société Guintoli…
• Génie civil, pose de réseaux secs de fibre optique ou de câbles d'énergie,
Réseaux d'irrigation et d'alimentation en eau potable,
Protection de l'environnement par la collecte et la mise en traitement de déchets,
Mise en place de dispositifs de protection des eaux,
Mise en oeuvre d'étanchéité d'ouvrages de traitement des eaux.


10
Friesland Food Cheese France
2820, RN 7 - 13560 Sénas
Tél. +33 4 90 57 29 29, Fax +33 4 90 57 29 44
Date de création : 1975
Effectif : 150
NAF : Commerce de gros de produits laitiers, oeufs, huiles (513G)
CA 2004 : 80 ME
Président : Robert Van Ballegouijen

2005 : Frico France devient Friesland Foods Cheese France. Friesland Food Cheese est la Division "fromages" du groupe néerlandais Royal Friesland Foods (10e laitier mondial en 2004, 6e européen). L’entreprise développe, fabrique, affine et distribue des fromages principalement hollandais. La gamme de fromages se caractérise par une multitude de variétés, d’affinages, et de formats (340.000 Tonnes vendues en 2004, CA de 4,2 milliards d’euros, 2.000 personnes et 5,3 milliards de kg de lait). Le siège Frico est situé à Wolvega, au Nord de la Hollande. Aux Pays-Bas : 13 sites de production où l’on fabrique du fromage tout au long de l’année et 7 sites où l’on affine, coupe, conditionne et d’où l'on distribue nos fromages au monde entier. Les Pays-Bas, l’Allemagne, la France, l’Espagne et la Grèce sont dotées de structures commerciales/marketing indépendantes qui permettent un contact étroit entre l'entreprise et tous ses clients et consommateurs locaux. Friesland Foods Cheese France, située à Sénas, est l’entité française de Friesland Foods Cheese. Elle a commercialisé 15.000 tonnes de fromages en 2004 (dont 70 % auprès de la grande distribution, notamment sur le secteur du fromage à la coupe).
Marques : FRICO, RAVIL


11
Idyl
Chemin Du Baret - 13160 Châteaurenard
Tél. +33 4 90 24 20 00, Fax +33 4 90 94 61 00
http://www.idyl.fr
Date de création : 1996
Effectif à l'adresse : 25
NAF : Commerce de gros de fruits et légumes (513A)
CA 2004 : 75 ME
Président : Philippe Puech

Fondée en novembre 1996, Idyl s'appuie dès sa naissance sur un puissant outil de production crée et développé au Maroc dès 1974. Une double certitude anime les fondateurs de la société : celle que terroirs et climat marocain constituent le complément d'approvisionnement idéal pour les marchés européens de fruits et légumes et celle que seule l'intégration de la production permet de mieux répondre aux exigences de la distribution et aux attentes des consommateurs.
Ils produisent et commercialisent des tomates, des courgettes, des melons, des poivrons et des haricots. La plateforme de Châteaurenard répond aux exigences des normes européennes et occupe plus de 6.000 m2 entièrement climatisés.


12

Richel Serres de France
ZA des Grandes Terres - Quartier de la Gare - 13810 Eygalières
Tél. +33 4 90 95 14 68, Fax +33 4 90 95 12 93
http://www.richel.fr
Date de création : 1964
Effectif : 280
NAF : Fabrication de constructions métalliques (281A)
CA 2004 consolidé : 66 ME, dont 44 % à l’export (dans 80 pays)
Président directeur général : Christian Richel

Richel Serres de France est le leader européen dans la conception et la fabrication de serres à couverture plastique à destination de l’horticulture, des cultures maraîchères et fruitières, de l’élevage et du séchage du tabac. Sa filiale Marchegay (Luçon, 85), acquise en 2001, premier fabricant français de jardineries, complète par ailleurs la gamme du Groupe. Richel Serres de France commercialise ses produits sur tous les continents. Coté sur le Marché Libre de la Bourse de Paris,
Richel Serres de France est sans doute en passe de devenir le leader mondial de la serre plastique de "haute technologie".


13
BCS
ZAC du Roubian - 13150 Tarascon
Tél. +33 4 90 91 51 70
http://www.groupebcs.com
Date de création : 1989
Effectif : 333
CA 2004 : 59 ME
Président du Conseil de surveillance : Michel Figeac
Président du Directoire : Thierry Goubault

Fabricant de pain et de viennoiserie surgelés. Un des leaders mondiaux de la panification précuite surgelée…

14
MGP Instruments
Instrumentation de Radioprotection Merlin Provence
Route d'Eyguières - 13113 Lamanon
Tél.+33 4 90 59 59 59, Fax +33 4 90 59 55 18
http://www.mgpi.com
Date de création : 1975
Effectif : 288
NAF : Fabrication d'équipements de contrôle des processus industriels (333Z)
CA 2003 : 45 ME, dont 26 ME à l’export
Président : Philippe Destenbert
Actionnaires : CADRES (France) 15 %, SYNODYS (France) 85 %.

Le métier de MGP Instruments se définit en quelques mots : la mesure opérationnelle de pointe. Le terme le plus important est, bien sûr, "mesure" parce que leur activité consiste à déterminer des valeurs de grandeurs physiques, à les interpréter, à les acheminer en lieu voulu et à les traiter. Mesure "opérationnelle" parce qu'il faut entendre qu'ils s'intéressent à des applications de caractère pratique : énergie, industrie, recherche, environnement, défense. Leurs appareils délivrent des mesures physiques immédiatement applicables par les exploitants (c'est de la mesure applicative et non pas fondamentale). Enfin, mesure de "pointe" parce qu'une compétence technique complexe et très spécialisée est indispensable à leur compétitivité.


15
Aqualux
ZA de la Gare - 3210 Saint-Rémy de Provence
Tél.+33 4 90 92 75 00, Fax +33 4 90 92 43 99
http://www.aqualux.com
Date de création : 1993
Effectif à l'adresse : 83, Effectif entreprise : 200
NAF : Commerce de gros de fournitures et équipements industriels divers (518M)
CA 2004 : 44 ME, dont 5 ME à l’export
Président : Francis Guillot

Bureau d'études piscines publiques et privées. Service après vente toutes marques. Service pièces détachées toutes marques. Unité de conditionnement de traitement d'eau. Concepteur et producteur de matériel pour piscines et traitement de l'eau (site industriel sur la ZA de la Massane, à Saint-Rémy de Provence).


16
Nature Bois Emballages (NBE)
ZI - Avenue de la Durance - 13550 Noves
Tél. +33 4 90 24 33 30, Fax +33 4 90 24 33 39
Date de création : 2000
Effectif à l'adresse : 80, effectif entreprise : 300
NAF : Fabrication d'emballages en bois (204Z)
CA 2003 : 43 ME
Présidents : Max Pujante et Claudius Alazard

Fabrication d’emballages en bois pour fruits et légumes.


17
Papeteries Etienne
29, Avenue de Camargue - 13200 Arles
Tél. +33 4 90 99 44 00, Fax +33 4 90 49 91 95
Date de création : 1911
Effectif : 115
NAF : Fabrication de papier et de carton (211C)
CA 2004 : 43 ME, dont 16 ME à l’export
Président : J.C. Constant
Responsable d'exploitation : Christophe le Biavant

Les Papeteries Etienne exploitent sur la commune d’ARLES une unité de fabrication de papier à onduler destiné à la confection de cartons de différentes qualités, à partir de vieux papiers et cartons. Seule unité de ce type sur la façade méditerranéenne, sa capacité de production est de 700 t/j.


18
Harmonia Mundi
Le Mas de Vert - Petite Route de Saint Gilles - 13200 Arles
Tél. +33 4 90 49 90 49, Fax +33 4 90 49 96 14
http://www.harmoniamundi.com
Date de création : 1958
Effectif : 188
NAF : Edition d'enregistrements sonores (221G)
CA 2004 : 40 ME, dont 7 ME à l’export
Président directeur général : Bernard Coutaz

Edition et diffusion de disques enregistrés et de livres. Réseau de librairies…


19  
Rougeline Provence
Le Petit Mas - RD 29 - 13670 Saint-Andiol
Tél. +33 4 90 95 46 47, Fax +33 4 90 95 46 51
http://www.rougeline.com
NAF : Commerce de gros de fruits et légumes (513A)
CA 2004 : 40 ME (consolidation Nostre et Polenium)

Production et négoce de tomates.
Marques : Rougeline, Plaisir & Soleil, Initiale, Morf


20
Groupe Bigard
ZA de la Horsière - 13870 Rognonas
Tél. +33 4 90 24 37 00, Fax +33 4 90 24 37 29
http://www.charal.fr
Date de création : 1995
Effectif : 240
NAF : Production de viandes de boucherie (151A)
CA 2004 : 39,4 ME
Directeur de la Production : Nicolas Journé

Transformation de viande, mise en barquette (steak haché, brochette, grillade, saucisses pour unité de vente aux consommateurs).


21
Solvay
Route d'Arles -
13129 Salin-de-Giraud
Tél. +33 4 42 55 54 00, Fax +33 4 42 86 82 35
http://www.solvay.com
http://www.solvaypcc.com
Date de création : 1896
Effectif à l’adresse : 128
NAF : Fabrication d'autres produits chimiques inorganiques de base (241E)
CA 2004 : 37 ME
Directeur Général de Solvay Spécialités France : Patrick Arbeau

Fabrication de carbonate de calcium précipité (CCP) et de principes actifs pour la chimie fine. Le site de Salin-de-Giraud produit 50.000 tonnes de CCP par an. Les marchés avals concernés sont les suivants :
• Carbonate de calcium précipité : additif pour la papeterie, les mastics silicone, les encres, les peintures, les dentifrices, les matières plastiques…
• Pharmacie : médicaments et intermédiaires pharmaceutiques

L'entreprise, qui a structuré architecturalement et socialement toute la vie locale en plus de 100 ans (Salin-de-Giraud, qui appartient à la commune d'Arles et dont les habitants se posent le problème de l'indépendance "politique"), se restructure dans notre Pays.

Les site et l'effectif pourraient se positionner sur une nouvelle activité : "Moleculars Solutions" (il s'agirait de fabriquer des produits organiques très spécialisés et destinés au secteur de la cosmétique).


22
Omnium Agricole Général (OMAG)
14, Avenue du Comtat - 13940 Mollégès
Tél. +33 4 90 90 20 20, Fax +33 4 90 95 08 84
Date de création : 1957
Effectif : 42
NAF : Commerce de gros de produits chimiques (515L)
CA : 36 ME
Président : Bernard Perret
Actionnaires : Bernard Perret Finance (France) 56 %
Participations : Serv Agri Provence (France) 81 %, Sophia (France) 25 %…

Commerce de gros d’engrais, produits phytosanitaires, amendements, semences, terreaux, plastiques & nylons agricoles, palissage, fabrication de buick, produits pour l'élevage et espaces verts…
Marques : Bayer, Syngenta


23
Pom'Alliance Provence
Quartier De la Confrérie - 13370 Mallemort
Tél. +33 4 90 59 10 00, Fax +33 4 90 59 16 98
http://www.pom-alliance.fr
Date de création : 1988
Effectif à l'adresse : 127
NAF : Commerce de gros de fruits et légumes (513A)
CA 2004 : 34,5 ME dont 10 % à l’exportation
Directeur : Bernard Luraschi

Négoce de pommes de terre.
Marques : Bio'Saveur, Doreoc, La Cabrette, La Durance, Les Familiales, Les Festines, Les Gourmandes, Les Raffinées, Pom'Saveur…   


24
SME (Société Méditerranéenne d'Emballages)
ZI Sud - 15, Rue Gaspard Monge - 13200 Arles
Tél.
+33 4 90 93 41 55, Fax +33 4 90 96 31 78
Date de création : 1962
http://www.ipaper-france.com
Effectif : 111
NAF :
Industrie du carton ondulé (212A)
CA 2004 : 34 ME
Président Directeur Général : Jean-Claude Constant

Fabrication et transformation d'emballages en carton ondulé. L'entreprise est spécialisée dans la fourniture de  plateaux pour fruits et légumes.


25
Arles Automobiles Services
Route de Tarascon - 13200 Arles
Tél. +33 4 90 18 82 00, Fax +33 4 90 18 82 24
http://www.renault.fr
Date de création : 1982
Effectif : 70
NAF : Commerce de véhicules automobiles (501Z)
CA 2004 : 31 ME
Président : Michel Durand
Directeur : Georges Bastin

Concessionnaire Renault, vente et réparation automobile, vente de pièces détachées, Renault Minute, location, carrosserie peinture.


26
Linpac Plastics Provence
ZI du Roubian - 13150 Tarascon
Tél. +33 4 90 91 49 49, Fax +33 4 90 91 49 45
http://www.linpac.com
Date de création : 1988
Effectif : 161
Repost 0
Published by David Hairion - dans Généralités économiques
commenter cet article
14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 14:00

Entreprendre ici, vivre ici, construire sa propre légende sur une terre de légendes, c’est faire le choix d’un espace vivant et contrasté, un Pays unique. Que de mots pour qualifier ces paysages mythiques, ces traditions éclatantes, ce patrimoine envié… et finalement cet art de vivre, si loin des clichés, qui fait du coeur de la Provence une terre qui fera toujours rêver.
Repost 0
Published by David Hairion - dans Atouts
commenter cet article
14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 11:37
Histoire       > Découvrir l'histoire du Pays d'Arles
                     > Arles aux 6 premiers siècles de notre ére
Patrimoine > Grecs et Romains ont laissé leur trace dans le Sud de la France
Territoire    > Port Napoléon
                    > ITER, si près du Pays d'Arles
                    > Le premier parc éolien de la région PACA en Pays d'Arles
Tradition    > Les moulins à huile, lieux de production
Identité       > Vincent Van Gogh
                    > Christian Lacroix
Projets       > La France, la région PACA et les pôles de compétitivité
Repost 0
Published by David Hairion - dans Découverte du Pays d'Arles
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 23:00

Le pays montagneux et maritime qui s'étend entre le Rhône, la Durance, les Alpes, le Var et la Méditerranée était occupé, dès une haute antiquité, par les Ligures-Saliens, qui se mêlèrent avec les Celtes à l'est et les Ibères vers l'ouest. Ils se divisaient en un grand nombre de tribus : les Ségobriges, les Commones, près de Marseille ; les Véruciniens, de Grasse ; les Décéates, d'Antibes ; les Suétriens, les Quariates, les Aducinates, les Oxybiens, les Liganiens, etc. C'étaient des hommes à peu près sauvages, sans villes, sans lois, sans industrie, habitant sous le chaume ou les roseaux, vivant de la chasse dans les montagnes, de la pêche au bord de la mer. Déjà, cependant, la zone intermédiaire entre les montagnes détachées des Alpes et la Méditerranée produisait, grâce à la bonté de son sol, des plantes et des fruits.


Une longue histoire à découvrir…
Texte intégral :
http://www.france-pittoresque.com/histoire-departements/13b.htm



Nous vous proposons, pour entamer la découverte de l’histoire du Pays d’Arles, de découvrir deux lieux exceptionnels :


Le Museon Arlaten
Depuis 1906, l'hôtel Laval-Castellane veille sur les trésors de la vie quotidienne provençale rassemblés par Frédéric Mistral grâce au montant de son Prix Nobel de littérature. Maître d'oeuvre du Museon Arlaten, le poète signe en 1896, l'un des tous premiers musées d'ethnographie qui glorifient les cultures régionales. La vie provençale, menacée des évolutions qui bouleversent les villes et les campagnes à l'aube du monde contemporain, y est reconstituée de manière quelque peu idalisée. Sous la plume de Mistral, les salles s'enchaînent comme des strophes et, au fil des objets, écrivent les pages d'un grand livre ouvert sur un autrefois devenu mythique. Offerts généreusement par des générations de provençaux, costumes, mobilier, outils de travail, objets de culte et de superstition sont mis en scène pour illustrer leur identité. En léguant, en 1899, ses collections au Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Frédéric Mistral assure la pérennité de son oeuvre et affirme son intention de la dédier à la population.

Le Museon Arlaten, œuvre magistrale de Frédéric Mistral, créé en 1896, fut l'un des premiers musées de province à collecter de manière scientifique des objets issus de la vie quotidienne. Il a fêté ses cent ans le 15 mai 1996.

"Il s'agit de rendre visible la culture provençale grâce à la présence de l'objet ethnographique et la pédagogie de la série."
Frédéric Mistral

__________________________________________
29, rue de la République
13200 Arles
Tél. 04 90 93 58 11
Email : lilia.grairia@cg13.fr


   
Le Musée de l’Arles et de la Provence antiques
L’inépuisable richesse des monuments que livre le sol de la ville d’Arles est sans doute l’un des facteurs qui a éveillé très tôt la curiosité et l’intérêt de toute une population. Arlésiens, voyageurs, érudits multiplient les regards autour de ces vestiges parfois mystérieux qui ponctuent le quotidien des uns, le souvenir où les dissertations savantes des autres. Dès le XVIe siècle, amateurs, curieux, antiquaires arlésiens constituent de véritables cabinets de curiosité.

En 1614, s’organise à la "Maison commune" la première présentation d’une collection publique d’antiquités. La conscience patrimoniale publique s’affirme au XVIIe siècle, lorsqu’un arrêté ordonne que le produit de toute découverte soit déposé en ce lieu.

La construction de l’Hôtel de ville offrit un espace d’exposition privilégié dans le hall d’entrée qui abrita la première collection publique de la ville, augmentée de trouvailles mais aussi d’acquisitions parmi lesquelles le torse de Mithra, en 1723.

C’est ainsi que des œuvres majeures, aujourd’hui exposées au musée, telles l’autel de la Bonne Déesse (1758) ou la statue de Médée ont été préservées.

Par ailleurs, des "jardins d’antiquités" s’organisent en musée de plein air. C’est le cas de la "maison aux deux colonnes" construite à l’emplacement du théâtre et dont l’accès au public sera toujours protégé, mais aussi du célèbre site des Alyscamps où le Père Minime Etienne Dumont créa, dès 1784, un véritable Museum.

Les collections s’enrichissant au gré des découvertes et réhabilitations, et c’est en 1826 que l’ensemble des antiquités fut transporté dans l’église Sainte Anne.

En 1936, le manque d'espace conduit à l'annexion de la chapelle des Jésuites : les collections païennes et chrétiennes sont arbitrairement dissociées.

En 1968, le conservateur des Musées d'Arles, Jean-Maurice Rouquette, élabore le projet d'un nouveau musée destiné à réunir l'ensemble des collections archéologiques arlésiennes en un seul lieu. Les missions de ce musée sont alors définies :
• conserver, enrichir, restaurer, étudier ce patrimoine,
• transmettre ce patrimoine au public, lui proposer différents programmes de formation ainsi qu’un accès à une documentation spécialisée.

La création d'une institution muséale adaptée les réunit en 1995 au sein du musée de l'Arles et de la Provence antiques.

__________________________________________
Presqu’île du Cirque Romain
BP 205 - 13635 Arles cedex

Tél. 04 90 18 88 88

Repost 0
Published by David Hairion - dans Découverte du Pays d'Arles
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 22:00

Ou comment la capitale de notre Pays est devenue une "petite Rome"

Par Jean-Bernard Elzière, historien, habitant du Pays d'Arles




En 46 av. J.C., Arles reçoit une colonie de vétérans, ceux de la 6e légion, dont l'emblème est un taureau. La Colonia Julia Paterna Arelate Sextanorum est née, qui devrait remplacer désormais Marseille comme place politique, religieuse et commerciale, parce que cette dernière a malheureusement joué Pompée (48 av. J.C) contre César (44 av.J.C).

A partir de sa fondation, la colonie d'Arles se développe beaucoup, du moins jusqu'au milieu du deuxième siècle de notre ère (constructions, par exemple, vers 50 apr. J.C., d'un cirque et, à la fin du premier siècle, d'un amphithéâtre, les actuelles arènes). Entre la fin du deuxième siècle - qui marque la fin de la période de "paix romaine", l'année 192 marquant ce qu'il est convenu d'appeler le Bas-Empire - et les années 310, le christianisme émerge à Arles, qui se traduit par la création d'un évêché, vers 250 (Trophime), et son évolution dans un contexte difficile d'invasions couvrant toute la seconde partie du IIIe siècle (en 257, entre 268 et 278, puis entre 289 et 292). A cette époque sont plus ou moins abandonnés des secteurs importants de la cité, comme celui de Trinquetaille situé sur la rive droite du Rhône, où des fouilles archéologiques ont mis au jour les traces d'un grand incendie survenu vers 260/275.

Vers 300, la cité d'Arles ne ressemble plus du tout à celle de 250, mais elle reprend vie bien vite quand, vers 307, Constantin Ier (306 à 337), fils de Constance Chlore, y établit sa résidence aux fins de disposer là d'une base bien placée stratégiquement entre les préfectures du prétoire de Milan (Italie) et de Trèves (Gaules), tout en étant proche de l'Espagne et de l'Afrique. Arles devient ainsi, pour quelque temps du  moins, une véritable métropole, voire une sorte de petite Rome : en 313, l'atelier monétaire d'Ostie y est transféré, en 314, on y poursuit le concile d'Occident ouvert au Latran l'année précédente, en présence de l'empereur et  de 46 évêques ou délégués d'évêque, en 316, des lois y sont signées et, le 7 août de cette dernière année, un des fils de Constantin lIer, Constantin II, naît dans la cité, Arles nommée en 328, "Constantina".

A la fin de 353, soit une quinzaine d'année après la mort de son père Constantin Ier (en 337) et après sa victoire de Mursa remportée sur l'usurpateur Magnence (350 à 353), Constance II (337 à 361) s'installe pour quelques temps à Arles, au moment même où se tient là un concile favorable aux Ariens : il est à noter qu'à cette époque, Saturnin, à la fois évêque d'Arles et chef du parti arien des Gaules,va assister aux conciles de Milan (355), de Beziers (356), de Rimini (359) et de Constantinople (360), avant d'être déposé lors de la réaction orthodoxe qui se produira sous l'empereur Julien l'Apostat (361 à 363). Selon l'historien Ammien Marcellin (env. 330 - en.400), excellente source pour la période 354 à 378, l'empereur Constance II a donné à Arles des jeux publics. C'est pour l'honorer que la cité a alors changé son nom pour devenir "Constantia". Dans son Ordo urbidum nobilium (clarae urbes VIII), Ausone (env. 310 - env. 395), qui a vécu à Trèves jusqu'en 385, évoque, aux côtés des grandes cités gauloises de Trèves, de Toulouse, de Narbonne et de Bordeaux, Arles - qui s'étend sur les deux rives du Rhône - et la qualifie de "Rome Gauloise" et de "ville double".

Au début du Ve siècle, l'administration impériale déplace, vers 403, la préfecture du prétoire d'Italie de Milan à Ravenne et, en 407, celle des Gaules située jusque là à Trèves sur Arles qui va, en conséquence, connaître une véritable renaissance un siècle exactement après Constantin Ier. Mais, dans le désordre général qui suit le franchissement du Rhin par les Alains, Suèves et vandales (31 décembre 406), un légionnaire romain du nom de Constantin, ayant pris le contrôle d'une partie des armées romaines, se pose en rival d'Honorius, empereur d'Occident (395 à 423). A Trèves et à Lyon pendant l'été 407, il marche sur Arles à la fin de cette même année - ou au début de 408 -, y entre, puis s'y installe comme empereur. Sa défaite sera consommée au printemps 411, d'où une purge qui conduira, notamment, au départ de l'évêque d'Arles, Héros, aussitôt remplacé en 412, par patrocle (426).

Le pape Zosime (417 à 418) confirme le rôle important que tient alors Arles, nouvelle préfecture du prétoire des Gaules, en nommant, le 22 mars 417, son évêque Patrocle "primat des Eglises de Gaule", le créant ainsi son vicaire en Gaule. Par ailleurs, par édit du 17 avril 418, reçu à Arles le 23 mai, cette cité est choisie comme lieu d'assemblée annuelle des sept-provinces du diocèse de Viennoise (Viennoise, Narbonnaise I et II, Aquitaine I et II, Novempopulanie et Alpes-Maritimes), laquelle assemblée doit se tenir chaque année entre le 13 août et le 13 septembre, en présence du préfet du prétoire, des gouverneurs des provinces, des nobles revêtus de dignités officielles et des députés des curies.
Dès 419, le successeur du pape Zosime, Boniface Ier (419 à 422), va bouleverser les données du problème en reconnaissant les évêques de Narbonne et de Vienne comme métropolitains, laissant cependant à Arles la tutelle religieuse sur les deux provinces de Narbonnaise Seconde et des Alpes-Maritimes.

Peu après, en 425 et 430, Arles subit deux attaques de la part des Wisigoths installés désormais du côté de Toulouse. C'est  alors l'époque de l'évêque Honorat (426 à 429), qui aura pour successeur, Hilaire (429 à 449) - dont le sarcophage est conservé -, initiateur probable de la nouvelle cathédrale d'Arles située à la jonction du cardo et du decumanus (Saint-Trophime) et destinée à remplacer l'ancienne qui était située près du rempart et datait de l'époque constantinienne.

En 453, la cité d'Arles subit une nouvelle attaque des Wisigoths, mais elle tient encore le choc, grâce à la résistance orchestrée par le noble narbonnais Tonance Ferréol, préfet du prétoire des Gaules. A la fin de l'été 458, de nouveaux coups de butoir sont portés contre la ville par ces mêmes assaillants, désormais associés aux Burgondes, tous étant opposés à Marjorien, nouvel empereur d'Occident (457 à 461), dont le panégyrique est prononcé par Sidoine Apollinaire à la fin de 458 et qui entend détacher de la noblesse méridionale des Wisigoths. A l'automne de cette même année 458, Aegidius (464/465), maître de la milice des Gaules, rallié à Marjorien, est battu.

La cité d'Arles alors investie, mais bientôt, en 459, elle est dégagée par Marjorien qui nomme alors comme préfet du prétoire le Narbonnais Magnus. Les Romains et les Wisigoths de Théodoric II (453 à 466) se réconcilient. En fait, l'année 459 peut être considérée comme la dernière année de réelle "paix romaine" puisque c'est la dernière fois que la situation de l'Empire est rétablie en Gaule.

Le soulèvement des Suèves survenu alors va altérer l'entente entre le roi des Wisigoths et l'empereur Majorien qui décide, à son retour en Gaule, des rester à Arles pour maintenir la paix. Au début de 461, au palais d'Arles, Sidoine Apollinaire, "comte", est assis à la table de Marjorien, lors d'un repas où l'empereur a réuni autour de lui le consul Séverin, l'ancien préfet Magnus (nommé consul en 460) et d'autres sénateurs gaulois, comme Paeonius, l'ancien chef du parti marcellinien, sans doute pour établir une politique de concorde. Peu après, le 2 août de la même année, Marjorien est exécuté par les troupes de Ricimer (472), qui s'appuyant sur les Burgondes et les Wisigoths, désigne alors comme empereur (fantoche) Libius Severus (465).

La salle de réception ("aula palatina") du palais d'Arles - dont il reste de nombreux vestiges - mesurait 58 m de long sur 20 m de large et fut construite à l'époque de Constantin Ier vers 310. Elle doit avoir été à peu près équivalente celle de Trèves édifiée, pour sa part, exactement en 310 aux fins de servir de salle du trône au palais dudit Constantin (70 m x 30 m). Plus tard, le palais d'Arles sera utilisé par les rois mérovingiens et de Provence, puis connu sous le nom de "palais de la Trouille" (Trolha). En 1178, l'empereur Frédéric Ier "Barberousse" (1155 à 1190), passant à Arles, signera là des actes. Au XIIIe siècle, ce palais changera de fonction.

Le pape Hilaire (à 468), ayant institué des conciles gaulois annuels, voudrait redonner à Arles le siège primatial des Gaules, mais ce projet tournera vite court puisqu'en 476 les Wisigoths d'Euric investissent la cité, où ils resteront plus de trente années, ce qui contraint l'administration romaine à se replier sur l'Italie.Ce ne sera vraiment que lorsque Théodoric Ier (526), installé à Ravenne, étendra, vers 510, le régime impérial à ses annexions gauloises, en réinstallant une préfecture du prétoire à Arles, avec tout son cortège de dignitaires administratifs, qu'on croira le moment venu de replacer dans cette cité un vicaire pontifical représentant le pape auprès de l'épiscopat des Gaules et de l'Espagne, mais, pour des raisons politiques (montée des Francs, disgrâce ostrogothique…), ce projet ne pourra aboutir.

Quoi qu'il en soit, vers 469, Séronat, vicaire des sept-provinces, se conduit déjà comme un fonctionnaire d'Euric, en louant les Wisigoths, attaquant les romains, foulant les lois de Théodose II, proposant à leur place celles de Théodoric II, ordonnant aux hommes de se laisser pousser les cheveux et aux femmes de la couper, à la manière des Wisigoths… Tout cela lui vaut d'être arrêté par une noblesse divisée, qui comprend les partisans de Rome et ceux d'Uric, mais ne peut empêcher Euric d'écraser, en 471, l'armée du fils de l'empereur Anthémius (467 à 472) se dirigeant sur Arles et, peu après que Léon, évêque d'Arles, ait présidé un concile dans sa cité, vers 474/475, d'envahir, au printemps 476, la viennoise méridionale pour s'emparer d'Arles et de Marseille, ce qui irrite fort le roi Burgonde Hilpéric Ier. Désormais, les principales capitales wisigothiques  (où sont les palais princiers) sont Bordeaux, Toulouse et Arles, mais c'est incontestablement cette dernière cité qui recueille la faveur d'Uric. C'est d'ailleurs là qu'il meurt, naturellement, en 484/485.

Une vingtaine d'années plus tard, en 507, les Wisigoths, attaqués par les Francs et les Burgondes ne pourront se maintenir sur Arles où s'installeront de suite, les Ostrogoths (509), qui y seront d'ailleurs bientôt assiégés par lesdits Francs et Burgondes (510). Un concile se tient dans la cité le 6 juin 524. Par la suite, en 536, les Francs acquièrent, par négociation, la Provence (avec Arles, Marseille…) de Vitigès, roi des Ostrogoths (536 à 565). A cette époque, ont lieu dans cette cité peut-être dans l'amphithéâtre, des spectacles suffisamment cruels ("spectacula cruenta") pour que l'évêque Césaire (542) s'en offusque et, vers 546/547, des courses au cirque (hippodrome) organisées par Théodebert Ier, roi des rhénans (533/534 à 547/548), successeur de son père Thierry Ier (511 à 533/534).

Après la mort de Théodebert Ier, survenue en 547/548, la cité d'Arles, contrairement à Avignon et Marseille, passera en totalité entre les mains des Francs saliens, qui ont hérité, à partir de 534, du royaume burgonde. Des faits nombreux le prouvent, comme la présence des évêques d'Arles à divers conciles saliens ou burgondes (Paris, Macon, Valence, Orléans en 549, Chalon sur Saône en 647-653…), ou le fait que Licier, évêque d'Arles (586 à 588), ait été un ancien référendaire du roi Gontran (561 à 592). Cela n'empêche pas des revendications ou des attaques de représailles : vers 568/569 , les armées austrassiennes de Sigedebert Ier (561 à 575) enlèvent la cité à Gontran , en 585, les Wisigoths de Récarède y mènent une expédition punitive permettant butin et prisonniers…

Il est bien d'autres évènements relatifs à Arles et à l'époque mérovingienne, toujours liés aux saliens. A l'époque du roi Childebert (558), la Thuringienne Radegonde (13 août 587), épouse du roi Clotaire Ier (511 à 561), ayant fondé un monastère à Poitiers (552) dédié à la Sainte Croix, vient à Arles avec son abbesse Agnès pour copier la règle monastique de Césarie, première abbesse d'Arles (529), dont le tombeau, comportant une inscription, fut retrouvé en 883. A la même époque, toujours sous Childebert Ier, un concile est tenu à Arles , le 28 juin 554, au cours duquel l'église Notre-Dame est consacrée. C'est à Arles aussi que, vers 567, Theudogilde, sans doute une Wisigothe, veuve de C(h)aribert Ier (567) - que s'est approprié le roi Gontran (561 à 592) - est enfermée chez des moniales arlésiennes, d'où elle essaiera de s'en enfuir avec un Goth.


QUELQUES PUBLICATIONS DE SYNTHESE : L. Duchesne, Fastes épsicopaux de l'ancienne Gaule, 2e édition, t. 1 (1907), 376pp., pp. 249-262. L.-A. constans, Arles antique, Paris, 1921. A. Chastagnol, « Le repli sur Arles des services administratifs gaulois en l'an 407 de notre ère », Revue historique, n. 505 (1973), pp. 4-40, ainsi que J.-R. Palanque, « Du nouveau sur la date du transfert de la préfecture des Gaules de Trèves à Arles », Provence historique, t. 23 (1973), nn. 93-94, pp. 29-38. E. Demougeot, « Constantin III, l'empereur d'Arles », Hommage à A. Dupont, Montpellier, 1974, pp. 83-125. J.-M rouquette, et Cl. Sintès, Arles antique, Imprimerie Nationale, 1989, 107 pp. Marc Heijmans, Duplex Arelas. Topographie historique de la ville d'Arles et de ses faubourgs, de la fin du IIIe siècles jusqu'au IXe siècle, Aix-en-Provence, 1997 (thèse universitaire) et, par exemple, J.-M. Rouquette, « L'Eglise d'Arles aux Ve et VIe siècles, et la mission (pp. 23-37) et, du même auteur, « Les monuments chrétiens d'Arles au Vie siècle » (pp. 201-211), en L'Eglise et la mission au Vie siècle. La mission d'Augustin de Cantorbéry et les églises de Gaule sous l'impulsion de Grégoire le Grand, 2000, Cerf, 424 pp. (actes du colloque d'Arles de 1998).

Repost 0
Published by David Hairion - dans Découverte du Pays d'Arles
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 21:00

Par André Désiront
Le Soleil
Collaboration spéciale


Neuf des 29 sites du patrimoine classés par l'UNESCO, en France, se trouvent dans le sud du pays. Parce que la région a été très tôt occupée par les Grecs, puis par les Romains (la province de Gaule transalpine), on y retrouve plusieurs vestiges remarquables de l'Antiquité.

À Arles, les arènes et le théâtre antique ont été construits au premier siècle avant Jésus-Christ. La ville a connu un second âge d'or sous Constantin, au IVe siècle, comme en témoignent les thermes de Constantin et la nécropole des Alyscamps. Aux XIe et XII e siècles, on y édifia l'église Saint-Trophime et son cloître, qui sont considérés comme des monuments majeurs de l'art roman provençal.


L'article intégral




Repost 0
Published by David Hairion - dans Découverte du Pays d'Arles
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 20:00



Le plus grand port à sec d'Europe ?
Port Napoléon, un nouveau port dans le Sud de la France, d’une superficie de 13 hectares, situé à Port Saint Louis à l’embouchure du Rhône et facilement accessible par bateau, voiture, avion ou TGV. C’est un port de plaisance et un port technique. Il peut accepter des bateaux d’une longueur de 40 m et d’un tirant d’eau de 4,5 m. Port Napoléon S.A. a été créée en 1995 grâce à des investisseurs hollandais. Depuis 1999, Port Napoléon ne cesse de se développer, accueillant aujourd'hui près de 700 clients de diverses nationalités…
Repost 0
Published by David Hairion - dans Découverte du Pays d'Arles
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 19:00

Notre région accueille le premier générateur à fusion nucléaire mondial.
Le lieu choisi pour réaliser un tel rêve scientifique est à deux pas de chez nous : Cadarache se situe dans les Bouches-du-Rhône, à 118 kms exactement d'Arles, soit environ 1H15 en voiture. Petit rappel du projet…



Le programme ITER (pour "réacteur thermonucléaire expérimental international", en v.f.) associe pour la première fois les principales nations industrielles dans une recherche jugée décisive pour leur avenir énergétique. Il s'agit de tenter de maîtriser la fusion des atomes, que de nombreux physiciens présentent comme une "panacée énergétique" susceptible de répondre "durablement" aux besoins toujours croissants de la planète en électricité. Début du chantier en 2005. Horizon d'une possible mise en œuvre industrielle : entre 2020 et 2060 !





En savoir plus

ITER (International thermonuclear experimental reactor)
http://www.iter.org

Le projet de Cadarache
http://www-drfc.cea.fr

Le site de Cadarache
www.itercad.org/

Repost 0
Published by David Hairion - dans Découverte du Pays d'Arles
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 18:00
A Port Saint-Louis du Rhône

Depuis août 2005, l'un des sites les plus importants de France en nombre d'éoliennes et en puissance, en tous cas le plus important de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, est opérationnel. Porté par la ville de Port Saint-Louis du Rhône, installé et géré par Mistral Energie, ce site s'étend sur 5,5 km. Il est composé de 25 éoliennes de 75 m de haut, disposées le long de la berge du canal de navigation du Rhône au port de Fos-sur-Mer. Il totalise une puissance de 21,5 MW. L'installation de 12 éoliennes supplémentaires est prévue courant 2006. L'aménagement actuel produit 52 millions de kw/h, ce qui équivaut à la consommation (hors chauffage et eau chaude sanitaire) de 63.000 personnes.

Cette implantation s'inscrit comme une réponse aux engagements de Kyoto pris par la France pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, avec l'objectif de produire 21 % de sa consommation d'énergie à partir d'énergies renouvelables d'ici 2010, contre 15 % en 1997.

Cette implantation préfigure d'ailleurs le projet OPALE du Port Autonome de Marseille qui vise 100 MW éoliens sur la Zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, dont le projet porté par la Compagnie Nationale du Rhône sur le Caban Sud de 4 éoliennes de 2 MW qui devraient être mises en service mi 2006.


A Saint-Martin de Crau

En projet depuis quatre ans, la future ferme éolienne devrait bientôt voir le jour. La municipalité à signé les baux de location avec la société Energie du Delta, filiale de Sinerg, pour une durée de 30 ans. La ferme comptera 8 éoliennes d'une puissance de 850 kw. La mise en service devrait avoir lieu au cours du premier semestre 2006. Parallèlement sera développé un projet pédagogique à destination du public avec la création par la municipalité d'une plateforme d'observation des éoliennes.

Cette ferme d'éoliennes sera implantée autour de l'ancien mas de Leuze, situé à plus de 2 km au sud-ouest de la ville, entre la zone industrielle du Bois de Leuze et les RN113 et 568.


Contact
Thomas Leclercq
Tél. 04 90 99 08 40
tleclercq@arles.cci.fr

Repost 0
Published by David Hairion - dans Découverte du Pays d'Arles
commenter cet article